Informazioni personali

La mia foto
Siamo Cosmopoliti. Blog di viaggi d'Arte, Fantasia e Regioni. Viaggi nel Cinema, nel Teatro. Cosmopoliti di città e di scena. Dall’Italia al romanzo, dal racconto alla fiction, dal Teatro all'economia. Confondere Letteratura, Arte, Città, Nazioni sarà un modo per incantare.

lunedì 21 luglio 2014

Laurel Holloman, The Fifth Element . Vernissage à Paris.

De Giuseppina Biondo
Traduction de Simona Cascato


7 Rue Froissart, Paris. Il s'agit d’une boîte magique, la "Boîtes à musique", que comme un précieux carillon d'art visuel préserve les œuvres de la peintre américaine Laurel Holloman jusqu'à environ 20 Juillet; une boîte qui donne, lors de l’ouverture, le son du talent de l'artiste.
Au milieu de ce Paris pas encore nocturne, avec une Tour pas encore éclairée par les lumières de la soirée, avec la Seine pas encore traversée par les touristes arrivés de quelques heures, samedi 12 Juillet 2014, à la Galerie Joseph a eu lieu le vernissage privé "Le Cinquième Elément", une exposition élégamment présentée par la viticultrice Isabelle Van Rolleghem.
Dans la ville de l'Impressionnisme européen, de Bizet et Hugo, des gargouilles et des macarons, la protagoniste Laurel Holloman, l'attrait incontestée qui recueille les visiteurs de partout dans le monde, a exprimé l'excitation d'être une invitée très spéciale.
Les œuvres, disposées dans cinq chambres sont réparties selon les éléments de la nature: l'eau, l'air, la terre, le feu. "Le cinquième élément mystérieux," dit Holloman "est représenté dans les émotions de chaque pièce. "Peut-être qu’il s’agit d’une créativité abstraite et charnelle? Le Cinquième Elément semble être la Création même: d'abord, en tant que acte féconde de l'esprit, elle est invisible mais existante comme l'air; après, en tant qu’œuvre concrete et soumise à des autres émotions, elle est aussi tangible comme le reste des éléments.
Pour renforcer cette interprétation, il y a des œuvres, dont "The Painter - The Puppet" et " The Fifth Element”". La première, dont le titre fait référence à la fois à la figure de l'artiste et à celle d'une marionnette, donc l'artiste et la création, et comme l’architecte et l’ arrangement à la narration. Dans la seconde, on peut voir une autre forme, elle apparemment aussi femelle, entourée d' un tourbillon sur un fond blanc : il est ici perceptible un sentiment d'aliénation personnel pendant les temps de création. Dans cette collection j’aime, en outre, rappeler ci-dessus quelques œuvres.
"The Reach". Une des premières peintures partagée sur les réseaux sociaux par Holloman,, rappelle et se réfère au peintre Fernando Zobel. Le mouvement, les tons chauds et la manière dont la couleur est détendue expriment la détermination de poursuivre une direction.
"Into The Woods". Une forêt bleue ouvre l’exposition. Dans la première salle, on peut admirer ce grand cadre dans lequel on peut distinguer les troncs de la couleur de la mer. Dans le même temps il semble un rideau bleu qui a été abaissé, n'est-ce pas? Donc, la sortie par la galerie sera un peu comme quitter un théâtre.
“Map Of The World” Un paysage vu du dessus, une bande de terre délimitée par l'océan. Un cadre qui ferait tourner la tête: en tournant la tête vers votre gauche vous pouvez voir le profil d'un visage.



“The Ghost”, “Lilac Wine”, “Old Flames Burn Bright”, “New York, I Love You”. Quatre peintures qui sont liées inévitablement à le style et à les couleurs de "Red Rain", une oeuvre de Holloman exposée en 2012 dans le "Coeur Libre" à Paris. En particulier, "New York, I Love You" offre la vision d'une ville vivante, formée par plusieurs forces, mais quasiment intouchable et insaisissable, que diffuse, d’une manière non homogène, le regard de celui qui en observe l'énergie et la grandeur.
"Red Beach". Á partir d’une plage on monte vers le ciel à travers un paysage qui laisse à l'imagination de chaque spectateur la possibilité de définir ses frontières. Rivage, mer, ciel: d'où il commence et finit chacun d'eux? Il y a des paysages; je vous indique brièvement deux. Le premier, à partir de la base, a une plage jaune, immédiatement surmontée (où il devient plus sombre) par une vue sur la montagne; le ciel rouge se lève pour compléter la toile. Le second paysage qui apparaît, est une plage jaune, une mer qui est imposante, centrale et haute jusqu’à un horizon lointain, où le ciel a les mêmes teintes, légèrement nuageuses et lumineuses. Cette oeuvre a gagné mon affection.


“Native Dance ”. Le jeu des couleurs et les coups de pinceau utilisés par Holloman reproduisent la chaleur des ethnies  lointaines et anciennes, les mouvements de la danse serrée et les traditions joyeuses, qui sont loin de tous les temps. Les traits courts, quasiment fragmentés, rendent cette oeuvre différente des précédents.
En fin, je conclus avec Soul Chaser”, “Magical thinking”, “Unearthed”. Il y a des couleurs saillantes, métalliques, il est inhabituel et rare pour moi. Comme s’ils étaient des bas-reliefs rayés, ces trois toiles évoquent le regard du public avec beaucoup de curiosité et d'appréciation.

Une visite à Paris ne pouvait pas commencer dans une meilleure façon. Quand cette exposition sera terminée, il ne restera que se diriger vers le Quartier Latin, observer les bateaux parisiens sur la Seine et atteindre Notre Dame parmi les gens, les jongleurs, les rues suggestives des artistes et des hommes de l’histoire. Vous aimerez tellement Paris qu’il sera difficil reprendre la vie de toujours, comme si vous êtes revenus d’une croisière d’une semaine. Paris, Paris.










Nessun commento:

Posta un commento